samedi 17 mai 2008

43. Un rugbyman.

Trônant comme une reine sur son tabouret de bar, elle capte tout les regards. Lucia, la belle Argentine règne ce soir sur tous les males du bistrot, et dés mon entrée, je deviens moi aussi, un de ses vassaux. C’est une amie de Michel que j’avais croisée en quelques trop rares occasions. Elle me fascinait malgré la froideur que je lui prêtait. Là pour le coup, il n’ était plus question de froideur, et je la découvre riante entourée de sa cour. Michel bien sur, ce con de Lucien, mais aussi Joël, Fred et Arobase. Ah, elle est bien accompagné, c’est sûr !
Michel d’ailleurs hurle en me voyant, un « Martin, tu tombes bien. » d’un niveau sonore tel, que je comprends qu’il ne bois pas du thé depuis des heures. Je rentre discrètement mon ventre pour venir saluer la belle, et en posant délicatement mes lèvres sur sa peau, je sens son parfum enivrant. Je n’arrive pas à décrocher mon regard de ses grands yeux magiques et elle a un sourire moqueur.
- Excuse moi, mais je te trouve trop belle.
Voilà, c’était peut-être trop direct, mais c’était dit. Elle sourit en haussant les épaules tandis que les autres rient aux éclats. Lucien y va même d’un imprudent, « qu’il est con ce Martin » qui lui aurait valu une bonne beigne en d’autres circonstances, mais ce soir, sous le charme de la belle, je pouvais tout entendre. J'ai attaqué mon numéro de charme en même temps que les tournées, tout en faisant attention de ne pas trop boire tout de même. Michel a tout de suite compris mon manège puisque je l ‘ai vu me sourire d’un air qui signifiait : « N’y pense même pas, tu vas te casser les dents »
Malgré tout j’ai fait le joli cœur toute la soirée, mais la belle est restée insensible à mon charme légendaire. Pourtant elle faisait honneur aux alcools de l’ami Roger, qui lui aussi papillonnait pas mal autour de Lucia. Sur le coup des 2 heures du mat, alors que Lucien commençait à dangereusement piquer du nez sur son tabouret, et qu’Arobase et Joël ricanaient sans raison, Paulo a fait son entrée accompagné d’une montagne de muscle impressionnante. Paulo est un mec plutôt sympa qui rode dans le milieu du rugby, et qui se trimballe toujours avec ce genre de type. D’où notre respect, (on est pas suicidaires non plus !)
Bon, à ce stade de mon histoire, je voudrais faire un aparté pour tous ceux qui me lisent régulièrement. Oui, je sais ce que vous vous dites : « Le bar, l’alcool, une belle femme, et un gros rival, c’est écrit, on va à la brasse général avec démontage du bar c’est plié. Pas la peine de lire la fin » Pauvres mécréants, vous me faites de la peine, j’ai l’impression d’entendre parler ma blonde. Vous sous-estimez Martin dans sa quête d’amour. Ce soir, il a peu bu, et quand le gros sportif embrasse Lucia, il ne bronche pas, non monsieur ! Il ne bronche pas Un nouveau Martin est né !

Bon, t’as finit là ? Je peux continuer ?
C’est vrai que le gros embrasse la belle et que je reste zen. Il l’embrasse même longtemps je trouve. C’est son mec en fait et ils partent en riant. Tout le monde me regarde, mais j’ai décidé d’être un grand et gentil garçon, alors j’attaque les bières à grande vitesse. Roger est tellement soulagé de ma nouvelle orientation qu’il paye pas mal de verres. Lucien ne supporte pas l’accélération et tombe comme dab, ce qui détend bien l’atmosphère. J’ai quand même glissé la belle Argentine dans un coin de mon crane, et son vilain gorille aussi.
J’ai bataillé des mois pour arriver à la voir seule, j’ai sorti le grand jeu pour la séduire et depuis nous vivons une « passion dévorante » comme diraient les journaux si j’étais président.
Son gros ? Ben c’est trop bête, figurez-vous qu’il est mort victime d’une voiture qui ne s’est même pas arrêtée. Quelle époque tout de même !
Au fait, vous le saviez vous comme Michel était doué en carrosserie.

11 commentaires:

Papa de Lili a dit…

Qui veut la fin, veut les moyens. Et pour ce qui est de moyenner, Martin sait comment faire... En douceur!
Amitiés Martin.

Jalousette a dit…

Qui c'est, cette greluche ? <_<

Loïs de Murphy a dit…

Bravo Papadéli, même dans ce registre on a plaisir à te lire.

Jef a dit…

Je vais apprendre l'argentin.

Devine qui ? a dit…

Réponds pas, surtout... <_<

:-p

rsylvie a dit…

beaujour ...
j'm'inquiéte pour le Martin... parc'que quand l'est rentré et l'a vu la beauté l'a rentré son ventre....
mais tu nous dis pas la suite....
c'est quand qu'il respire ?

jolie chute,,,,

PROFETTE, alias "Jalousette" et "devine qui" a dit…

Et... parfois, tu passes répondre à tes comms, ou pas ???? ;-p

Louis a dit…

Bon, j'avais pas compris que je devais répondre. C'est ainsi les blogs ?
Jalousette, fait miroiter tes longues cuisses dorées et tu sauras tout !!!

profette a dit…

AAAAAAh, ennnnnnfinnnnnnn, c'est pas trop tôt !!
Mais, hé, ho, c'est quoi ce chantage ???
M'en fiche, de toute façon, de cette nana, moi, pfff !
;-)))

(et, euh, oui, ben, moi, en tout cas, j'ai répondu à tous tes comms, quand je pense que si ça se trouve, t'es jamais allé voir les réponses ! :-o )

Louis a dit…

Ma petite Profette, sache que j'ai lu tous tes (merveilleux)commentaires. Je les connais par cœur et serais capable de te les réciter le soir au coin du feu. Tu es prévenu, quand je répond ?
Je n'y comprends pas grand chose à cette vie de blog !!!

Eloïse a dit…

AhAh ! Demande des conseils à Arobase pour les blogs Louis.. Remarque, depuis le temps tu dois taquiner la souris là !

J'ai bien aimé cette histoire de Martin. Eh puis non, on ne sait jamais la fin, c'est ça qui est bien (à moins que ce soit moi qui n'ait aucun esprit de déduction ?)