dimanche 24 février 2008

N°35 Les enseignantes.

Il y a toujours eut des représentants de l’éducation nationale chez Roger, la proximité de l’IUFM je suppose. Mais c’était en journée, devant un thé ou un chocolat. D’ailleurs, nous faisions souvent des passages dans l’après midi pour tenter de dragouiller « l’enseignante ». En vain ! Voilà une femme très délicate à aborder, et nous nous sommes rapidement découragés mes potes et moi. Seul ce con de Lucien, qui allez savoir pourquoi va de succès en succès dans ce milieu là, perpétue la tradition avant de passer la soirée à nous gonfler avec ses exploits. Heureusement, il suffit à Michel, d’un froncement de sourcil, pour lui faire fermer son clairon.
Figurez-vous, que depuis quelques temps, des représentantes de cette belle profession, traînassent en soirée dans notre bar fétiche. Elles sont trois ou quatre en générale et jamais les mêmes à l’exception de deux belles brunes qui lors de leur première apparition ont mis le feu au bar. Elles étaient en beauté vraiment dans leurs mini-robes printanières. Elles se sont juchées sur deux tabourets avant d’attaquer leurs consommations. Il n’y a pas qu’elles qui allaient attaquer, vous pouvez me croire, tous les males fourbissaient leurs armes et cela a fusé dans tous les coins. Mais en vain. Pourtant ça draguait dans la finesse (! ! !). Au bout d’un moment Michel a mit un terme à ce beau bordel en renvoyant tous les marlous à leurs places et fort de son autorité il nous a présenté tous les deux. Elles se font appeler BBKmel et Profette et nous avons trouvé cela marrant (avaient-on le choix ?) et comme elles nous ont payé une tournée et laissé admirer leurs longues cuisses dorées, nous les avons adoptées immédiatement. Depuis ce jour, elles reviennent régulièrement avec ou sans amies.
Lorsqu’elles sont seules, elles restent avec nous au bar pour nous parler de leurs tracas professionnels ou amoureux. « Encore heureux qu’elles soient jolies » m’a confié Michel un soir où toutes ces confidences commençaient à bien le gonfler. Ce n’est pas un poète mon pote. « Vous devriez tenir un blog » leur a glissé Arobase pour faire son intéressant, en prenant bien soin de ne pas rester à portée de main de Michel. Certains soirs pourtant c’est nous qui racontons, et si nos histoires les font rire, elles restent horrifiées face à tant de violence. « Des brutes, vous êtes des brutes » nous disent-elles gentiment.
Ca roulait comme cela jusqu’au jour ou a déboulé la bande de Gerland, des lourds comme on en fait plus. Nous avons un accord tacite de non intervention avec eux, depuis une sombre histoire de bagarre ayant plongé leur leader dans un coma dont il peine à sortir. « Une mauviette » a conclu Michel avant de relancer les dés. Nous poursuivons donc notre 421 tout en gardant un œil sur les loustics, qui naturellement foncent sur les enseignantes. Malheureusement, les pauvres n’ont pas notre classe légendaire avec les femmes, et ils se font rabrouer sèchement. Le ton monte rapidement et Roger commence à pâlir. Nous allons intervenir, quand les deux jeunes femmes descendent de leurs tabourets et attaquent les jeunes voyous à coup de poings et de savates. Ca voltige dans tous les sens et c’est bonheur de voir des lèvres se fendrent, des yeux se fermer, des pifs éclater. Et je ne vous parle pas des couilles que l’on imagine virer au bleu. En quelques minutes l’affaire est réglée et les deux jeunes femmes remonte sur leurs tabourets à peine dépeignées. Michel siffle entre ses lèvres et moi j’applaudis chaleureusement. Roger, trop content d’une fin si heureuse remet sa tournée sans barguigner en concluant la soirée d’un :
- Ben mon pote, moi, je serai ministre de l’éducation, je ferai gaffe avant de lancer une réforme.

8 commentaires:

Profette a dit…

Ca y est, je suis célèbre !!!!!!!!! YES !!!!!!!!!!!

(et au fait, comment t'as su pour le look d'enfer et le self-defense ??? :-p )

Bisous aussi (oh la la, ça devient torride entre nous !!!!)
:-)))

Louis a dit…

Ta photo très déshabillée circule sur le net. La gueule démolie (par toi) du type qui l'a publié aussi!!!
Tu ne veux pas écrire une petite histoire pour le plaisir ? (Adèle a fait très fort), mais tu peux le faire
Embrassons nous et c'est marre!

BBK.mel a dit…

Brune, cuisses dorées...tout à fait moi, ça !! Mais il va falloir faire attention, Louis, parce que Martin est en train de prendre du terrain sur toi dans mon coeur ! Bises

Profette a dit…

Je suis très tentée par l'aventure... Mais il y a ce fichu concours, ce chapitre 10...
Et puis il va falloir que je lise tes archives, je ne suis pas encore assez familiarisée avec les personnages...

Il y a une date limite pour participer ou pas ???

Mais je le ferai, c'est sûr, ça m'amuse trop. :-))

N? a dit…

Ah ben dîtes donc les filles, suis épatée moi ! Je ne connaissais pas votre talent pour la bagarre ... sans même être décoiffées, bravo !!
Profette, quand même c'est pas en traînant dans les bars que tout ton boulot va avancer !! BBK, les cuisses dorées tu fais ça où ??
Louis, chapeau, tu m'as bien faiti rigoler avec ton articlen bisous à tous les 3
Naturella, enseignante brune, sans cuisse dorée, un chouilla décoiffée de nature, mais qui traîne pas dans les bars !!!

Jef a dit…

Merci d'avoir donné leurs adresses virtuelles. je ferai attention à ce que je dit lorsque je les recontrerai.

Alain a dit…

Elles sont charmantes comme des roses mais elles en ont aussi les épines...
Tu vois Martin: "Qui s'y frotte s'y pique!"
Amitiés.

Eloïse a dit…

Hum... Arobase ? Ici ? Mais c'est pas un 5 à 7 ça.. (je note, je note).